Loi sur le CO2 : attention aux coûts consécutifs cachés !

Toute personne qui rénove sa maison pour la rendre plus efficiente énergiquement doit prendre en compte des coûts consécutifs cachés. On peut retourner le problème de toutes les manières, à la fin, la facture sera salée. La famille A a fait le calcul et nous en dit plus ci-dessous :

Nous tenons à vous mettre en garde : la loi sur le CO2 entraînera des coûts consécutifs considérables. Nous avons déjà fait l’expérience d’un avant-goût amer. Il y a trois ans, nous avons fait installer de nouvelles fenêtres à triple vitrage dans notre maison, pour un prix d’environ 1/10 du prix du neuf en 1974. Les déductions dans la déclaration d’impôt ont été acceptées.

Mais la nouvelle valeur de la maison a explosé : +15% ! En conséquence, le revenu, l’assurance, la taxe d’habitation et bientôt aussi la valeur locative vont augmenter.

L’essence sera 13 centimes plus chère

Le prix du carburant sera aussi massivement plus cher. L’essence et le diesel seront non seulement plus chers de 12 centimes au maximum, mais de près de 13 centimes en raison de la taxe sur la valeur ajoutée de 7,7 % qu’il faut rajouter au calcul. De plus, la TVA va encore augmenter avec la réforme de l’AVS et, par voie de conséquence, le prix à la pompe aussi.

L’augmentation massive du prix du mazout devrait également avoir un impact important sur les frais de location annexes. En outre, le transport de marchandises deviendra d’autant plus cher et la Redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) augmentera.

Plus de 1000 francs de frais supplémentaires

Au total, les 100 francs de coûts supplémentaires par an, annoncés par le Conseil fédéral, sont illusoires. Et, dans de nombreux cas, même les 1’000 francs calculés par l’UDC sont à peine suffisants. En ce qui concerne le trafic aérien, les régions frontalières telles que Genève, Bâle et le Tessin sont particulièrement menacées en raison du tourisme d’achat, mais aussi pour passer par les aéroports français et italiens à proximité qui ne subiront pas la taxe CO2. Inversement, Zurich et ses environs risquent de subir des contrecoups (contre-coûts) violents ! Au final, c’est toute la Suisse qui est affaiblie.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *